MENU
Cité Philo - Hauts-de-France

Spectacle : Comment la poussière a illuminé ma vie ? par Pierre Cleitman

Spectacle : Comment la poussière a illuminé ma vie ? par Pierre Cleitman

« Bonjour à tous et à toutes…j’espère que je n’ai oublié personne. » Voilà, le ton est donné. Sur scène se tient Pierre Cleitman, comédien-philosophe. Un micro, une table, un livre, une chaise et un défi. Relier la phobie des aspirateurs, un livre qui tombe d’une bibliothèque et un voyage en TGV… Avec une virtuosité langagière le comédien nous mène jusqu’au bout de ce récit.

« J’ai toujours détesté les aspirateurs »

Voilà la description du premier aspirateur qu’a connu Pierre Cleitman : un Balai Familial de 600 watts. Pourtant dès cette première rencontre il prend en grippe cet appareil, « qui aspire toujours mais qui n’expire jamais ». Cette « aspirophobie » connaît un certain apaisement le 1er novembre 2000, dans un appartement parisien du XXème arrondissement. En effet, le comédien éprouve du plaisir à nettoyer la poussière juste pendant le laps de temps où sa nouvelle voisine est chez elle. Découverte surprenante : « Il fallait faire souffrir pour atténuer ma propre souffrance. »

Et si le bonheur c’était de se rouler dans la poussière ?

Pour ne pas tomber dans un excès d’utilisation de l’aspirateur, le comédien nous conseille de nous laisser envahir par la poussière.  Il s’appuie sur des travaux de neurobiologistes anglais qui démontrent qu’une bactérie, la « mycobacterium vaccae », présente dans la poussière mais aussi dans la bourse de vache, est à l’origine d’une production de sérotonine qui nous ferait voir « la vie en rose », fredonne-t-il. Pierre Cleitman nous dépeint un monde dans lequel le nec plus ultra serait « de sniffer un p’tit rail de bouse de vache déshydratée » ! Il recommande la bouse de vache, biologique bien évidemment, de Sils-Maria en Suisse, dont l’efficacité semble avoir largement contribué à la production philosophique de Nietzsche !

« La réception ou l’inconvenance du lieu »

La poussière peut aussi être envahissante confesse l’interprète. Il nous relate alors l’épreuve de dépoussiérage de ses 800 livres lors de la rénovation de sa bibliothèque. Alors qu’il place le dernier livre sur la plus haute étagère, celui-ci lui tombe sur le coin de l’œil : Le Livre des Ressemblances d’Edmond Jabès. Au milieu de ce livre se trouve un marque-page, fruit d’une interrogation passée, qui indique le chapitre : « La réception ou l’inconvenance du lieu ». Et c’est bien cette inconvenance du lieu, cette habitude que nous avons à ne jamais être là où nous devrions être, qui interpelle le comédien. Il file sa pensée jusqu’à cette question shakespearienne. Et si le but de l’existence était : «To be the right man in the right place or not to be? ». Le mardi 13 septembre 2011 un peu avant sept heures dans la gare de Mulhouse, « avec son long couloir d’attente ouvert à tous les vents », il attend son TGV pour Paris. Comme à son habitude il ne regarde pas sa « résa » et s’assoit au hasard. Aubaine incroyable, il réussit à trouver un siège hors de portée de la climatisation qu’il a en horreur. « Si Dostoïevski avait vécu à l’époque moderne, il aurait écrit Clim et châtiments ». Inquiet de devoir céder sa place sous la pression de l’affluence aux stations suivantes et pressé par sa voisine, il finit par regarder sa « résa » : place 21, voiture 5. « Le hasard avait validé ma résa ». Il était « in the right place ». 

“La grande question de la philosophie moderne est de comprendre sa légitimité ”

Ces adolescents qui ont pris les armes en 1914 par Manon Pignot

Fiction et Vérité freudiennes ou l’histoire d’une psychanalyse en constante mutation

Interview de Philippe Descola : Dans la peau d'un anthropologue

Adèle Van Reeth : « La philosophie, une manière de se réconcilier avec notre finitude »

Quand la musique est l'idéal à atteindre par Matteo Urru

Interview de Frédéric Worms après la leçon inaugurale : dire et faire.

Plaidoyer pour une décroissance touristique par Rodolphe Christin

Je mens donc je suis. Rencontre avec Nathalie Frogneux

Sex friends : comment (bien) rater sa vie amoureuse à l'ère du numérique par Richard Mémèteau