MENU
Cité Philo - Hauts-de-France

De la difficulté de dire « je » à l’époque du narcissisme de masse par Clotilde Leguil

De la difficulté de dire « je » à l’époque du narcissisme de masse par Clotilde Leguil

Dans un article paru dans Le Monde en juillet 2017, Clotilde Leguil évoque « l’hypertrophie du moi » qui selon elle, contribuerait au narcissisme de masse tout en faisant obstacle à la naissance d’un « je ».

Où est passé le « je »?

L’identité a été conçue comme un être communautaire, politique ou sexuel. Elle définit l’individu en tant qu’être appartenant à une entité. Cette conception hisse le « nous » à un niveau supérieur au « je ». Dans le domaine scientifique, on préférera utiliser le « il ». Ce qui nous amène à nous questionner : mais où est donc passé le « je » ?

Qu’est-ce qui menace le «je » ?

L’identité totale

Clotilde Leguil s’est intéressée au régime totalitaire pour montrer que celui-ci anéantit le « je ». Pour cela, elle s’appuie sur le roman 1984 de George Orwell qu’elle étudie en partant de la fin. Elle devine que le jeune héros, dont le régime totalitaire a effacé toute la mémoire, a conservé son inconscient. En retraçant son histoire à travers ses cauchemars sur la disparition de son frère et de sa sœur, le jeune homme retrouve une partie de son « je » dont la récupération totale passera par sa rencontre amoureuse avec Julia. La psychanalyste nous montre ainsi que le premier danger du « je » est un régime politique qui impose le mythe d’une identification totale qui permettrait à tout un chacun de s’identifier.

Néanmoins, le traumatisme n’entrave pas toujours l’assomption du « je ». Avec le célèbre film d’Alfred Hitchcock, Pas de printemps pour Marnie, Clotilde Leguil explique que ce n’est pas tant l’assassinat du client de sa mère qui a fait perdre à Marnie son identité mais le mensonge qui a été inventé pour la protéger. Si le « je » de l’héroïne est resté prisonnier du premier trauma, le mensonge a effacé ce trauma et a condamné Marnie au silence.

L’identité au sens du « self quantified » (QS)

Le monde de la quantification de l’existence s’est longtemps consacré à la nature, mais à partir du XXème siècle il trouve écho chez les individus. Clotilde Leguil écrivait : « On est passé d’une mentalité cosmique à une mentalité numérique », que l’on retrouve aujourd’hui à travers l’expérience du monde virtuel. D’une part, il engendre une meilleure communication et une « mondialisation du moi » (post de photos sur Instagram..). De l’autre, il fait émerger une forme d’angoisse. A la fin du XIXe face à la vision statistique de la politique et la quantification de l’humain, Freud crée la psychanalyse, devinant que l’inconscient ne peut être quantifié.

Le narcissisme de masse

Faisant références aux sites de rencontres, Clotilde Leguil s’exprimait : « A force de vouloir exister imaginairement pour un autre qui ne cherche qu’à jouir en consommant des images, le sujet passe à côté de sa vie ». Lacan voyait dans l’utilisation du numérique, une réponse à une forme d’asphyxie du discours scientifique sur notre existence. La psychanalyse parlera d’une « tentative de continuer à exister en tant que « je » là où la science tend plutôt à noyer la singularité de chacun. » N’est-ce finalement pas pour vivre en tant que « je » que nous nous sommes tournés vers la Toile ? La seule qui puisse nous permettre de montrer ce que l’on souhaite de notre existence.  Force est de constater que ce nouveau rapport à l’image tombe dans l’impasse lorsqu’il engendre une forme d’agressivité (propos abjects sur les réseaux sociaux…) La psychanalyse lacanienne sépare donc le « moi » du « je ». A travers l’expérience des bébés, Lacan montre que lorsqu’ils peuvent parler d’eux à la première personne (« je »), ils mettent à distance le narcissisme (les bébés ne se regardent plus dans la glace).

“La grande question de la philosophie moderne est de comprendre sa légitimité ”

Ces adolescents qui ont pris les armes en 1914 par Manon Pignot

Fiction et Vérité freudiennes ou l’histoire d’une psychanalyse en constante mutation

Interview de Philippe Descola : Dans la peau d'un anthropologue

Adèle Van Reeth : « La philosophie, une manière de se réconcilier avec notre finitude »

Quand la musique est l'idéal à atteindre par Matteo Urru

Interview de Frédéric Worms après la leçon inaugurale : dire et faire.

Plaidoyer pour une décroissance touristique par Rodolphe Christin

Je mens donc je suis. Rencontre avec Nathalie Frogneux

Sex friends : comment (bien) rater sa vie amoureuse à l'ère du numérique par Richard Mémèteau