MENU
Citéphilo - Hauts-de-France

L’inventivité politique dans un régime écologique changeant est en jeu

L’inventivité politique dans un régime écologique changeant est en jeu

Au moment où la COP26 à Glasgow fait discuter les dirigeants mondiaux sur leurs efforts pour le climat, la rencontre d’un public divers avec le philosophe Pierre Charbonnier, auteur du livre Abondance et liberté. Une histoire environnementale des idées politiques, amène les participant.e.s à repenser l’influence des conditions matérielles sur les idées politiques qui gouvernent la modernité.


Un nouvel éclairage porté sur l’histoire de l’humanité


Dans son ouvrage sur l’influence des discontinuités des conditions matérielles sur les idées politiques, l’auteur a pour but de combler une lacune de la philosophie. En développant l’histoire complexe de notre modernité, il vise à montrer que notre idéal de liberté a été structuré par l’abondance matérielle et l’est encore aujourd’hui, en raison du lien affirmé entre la protection sociale et la croissance économique. Partant du 17e siècle, un temps marqué par un régime agricole, il met en relief le contraste avec la révolution industrielle, un exemple de discontinuité matérielle, qui a fait émerger des nouvelles idées politiques comme les socialismes qui repensaient les conceptions politiques sur la base des nouveaux cadres matériels.
En se démarquant d’une vue glorifiante de l’histoire du progrès technique mais aussi des voix accusatrices qui oublieraient l’intimité historique entre croissance et liberté, il montre que la nature était déjà au 17e siècle considérée comme une contrainte qu’il s’agissait de dépasser ; un plafond finalement déconstruit avec l’extension des capacités de production au 19e siècle. Ce dépassement aurait donné la preuve tangible que les humains étaient en mesure de recadrer la nature, un constat qui a servi de base pour la construction de l’idéal d’autonomie politique.


Aujourd’hui, « la fin d’un monde »


Après un voyage à travers l’histoire, le philosophe revient sur l’actualité : avec les nombreuses crises contemporaines de dépassement des limites de la planète, l’Humanité serait en train de revivre une discontinuité du cadre matériel qui transforme graduellement les idées politiques. La souveraineté étatique, par exemple, peut-elle encore être comprise comme source suffisante de légitimité quand Bolsonaro peut mener des politiques sur l’Amazonie qui posent des problèmes globaux majeurs ?
Malgré les catastrophes que nous sommes déjà en train de vivre, Charbonnier trouve un ton optimiste en souhaitant que la transformation de nos idées politiques soit « d’une magnitude au moins égale à celle de la transformation géo-écologique ». Un État coordinateur, qui organise les changements idéaux de la société moderne, qui fasse usage de l’arme fiscale pour réduire le poids politique de l’industrie fossile et qui investisse dans l’infrastructure, serait sans doute nécessaire pour cette transformation. Mais l’auteur demande aussi à chacun.e de s’interroger sur l’arrière-plan matériel et écologique de notre coexistence. Ainsi, on ne sort pas de la salle avec de nouvelles réponses ; mieux que cela, on sort avec des nouvelles questions qu’il s’agit de politiser.


Danielle Tartakowsky : « Nous sommes entrés dans un état d’urgence quasi permanent ».

De l’étude des discriminations - raciales - aux réflexions pour en sortir, avec Julien Talpin

La manifestation en débat, vue par Danielle Tartakowsky

Céline Bessière et Sibylle Gollac : « Oui, le capital a bien un genre »

Enquête sur la brigade des mœurs avec Gwénaëlle Mainsant

Pierre Birnbaum : une perspective historique et personnelle du régime de Vichy

Pour une compréhension des conflits sociaux par le prisme des émotions : les "épreuves de la vie" selon Pierre Rosanvallon.

Olivier Fillieule et Fabien Jobard : « La France est restée en marge de la stratégie de désescalade et a opté pour la brutalisation du maintien de l’ordre ».

Le choix de la guerre civile : Une autre histoire du néolibéralisme, Pierre Dardot, Haud Guéguen, Christian Laval, Pierre Sauvêtre

Produire la guerre, produire le genre. Des Françaises au travail dans l’Allemagne nazie (1940-1945)

Regards d’une sociologie de terrain sur la sociabilité dans la jeunesse rurale : les apports complémentaires de Benoît Coquard et Yaëlle Amsellem-Mainguy

Discussion autour de la dissociation de l’œuvre et de l’auteur par Gisèle Sapiro

L’inventivité politique dans un régime écologique changeant est en jeu

Rencontre avec une transfuge de classe féministe par Rose-Marie Lagrave

Bernard Friot et Frédéric Lordon ont beaucoup discuté des conditions de possibilité du communisme ; et ont laissé du monde sur la touche