MENU
Citéphilo - Hauts-de-France

En partenariat avec : les Midis culturels du CHU de Lille

La mélancolie, psychose à ne pas confondre avec la dépression simple, a une longue histoire dans la philosophie et dans la culture depuis Aristote. Au XXe siècle, les grandes études phénoménologiques et la philosophie de Bergson ont été mobilisées pour étudier la temporalité mélancolique, les structures de la plainte faite des lancinants auto-reproches de leurs patients. L’issue redoutée de la crise est le suicide. Jérôme Porée, qui restitue l’essentiel des recherches faites jusqu’à ce jour, part du constat que tous les mélancoliques ne se suicident pas. Y aurait-il une espérance invisible tapie au fond de l’angoisse et de l’aspiration à la mort ? A l’heure où l’on rabote toutes les manifestations des psychoses, jusqu’à réduire la mélancolie à de ‘’simples’’ troubles bipolaires, il reste encore de beaux jours à venir pour un dialogue entre psychiatres et philosophes.

En présence de

Modérateur :