MENU
Citéphilo - Hauts-de-France

La rencontre a été enregistrée

Écouter la rencontre

Si l’on excepte sa description par un médecin grec, au IIe siècle avant J.C, et sa courte réapparition, à la Renaissance, dans la première édition du Traité d’Ambroise Paré, le clitoris n’a trouvé son véritable statut anatomique qu’au XIXe siècle et son premier lieu théorique avec Freud qui le comparait à un pénis castré. C’est sur ce trajet chaotique encombré de préjugés et de considérations fantaisistes que revient Catherine Malabou. Partant du concept de plasticité des formes artistiques et l’étendant à la subjectivité en général, elle défend l’hypothèse que l’anarchisme représente en politique une « incarnation » de la plasticité. Se demandant s’il y a une place pour l’anarchie dans le corps féminin, elle propose le clitoris comme candidat à cette place. Parcours d’un chemin de pensée aussi stimulant qu’inédit.

En présence de

CA

Clémence Agnez

doctorat en philosophie à l'université Paris Nanterre sous la direction d'Anne Sauvagnargues, professeure de philosophie et actualité de l'art aux Beaux arts de Clermont-Ferrant et co-directrice de l'espace d'art Glassbox à Paris

Plus d'infos

Modérateur :

LW

Léon Wisznia

lecteur de philosophie, co-fondateur de Citéphilo

Plus d'infos