MENU
Cité Philo - Hauts-de-France

En rupture avec ‘’l’école caserne’’ des années 50 et 60, Fernand Oury (1920 – 1998) s’inscrit d’abord dans les pas de Célestin Freinet et de la classe coopérative. En correspondance permanente avec son frère, Jean Oury, il jette les bases de la pédagogie institutionnelle. Cette pratique exigeante repose sur les ‘’institutions ‘’ de la classe que sont les ateliers, les groupes, les conseils. Dressée contre la sclérose éducative et contre l’exclusion des plus ‘’faibles’’, cette pédagogie est tout sauf laxiste ou ‘’spontanéiste’’. Aux enseignants en difficulté dans leur classe, Fernand Oury proposait de changer de métier, ou alors de changer LE métier. Les auteurs de cette riche biographie défendent et illustrent une pratique qui, à leurs yeux, représente la tentative la plus aboutie pour libérer maîtres et élèves, dans la visée du savoir, de leurs communes aliénations. A rebours, bien entendu, du culte de l’excellence appréciée au regard de la carrière qu’elle promet. Joëlle Oury– Benevent, fille de Fernand Oury, était interne en psychiatrie dans l’hôpital même où Daniel H, interné, conçut avec Lucien Bonnafé une exposition de photographies et de maquettes qui dénoncent la précarité et les conditions humiliantes de l’internement.

Avec

Modérateur :