MENU
Cité Philo - Hauts-de-France

L’ÉDITION 2020 DE CITÉPHILO EST ANNULÉE DANS SON FORMAT ACTUEL ET SON MODE DE PRÉSENCE PHYSIQUE, MAIS…..

Cependant, certaines séances seront enregistrées sous une forme adaptée à la diffusion sur FaceBook et sur la chaîne Youtube de Citéphilo, ce sera par exemple le cas de la leçon inaugurale (Pierre Delion) et celle de clôture (Bruno Latour). Elles seront diffusées en principe le jour et l’heure prévus dans la brochure programme, et resteront ensuite accessibles sur notre site.

D’autre part, Citéphilo proposera des éléments de réflexion et de débat, en posant à un certain nombre d’invités 5 questions, dont les réponses donneront lieu à publication sur notre site.

Des textes seront notamment mis en ligne autour de notre invitée d’honneur Mireille Delmas Marty.

 


 


La rencontre a été enregistrée

Ecouter la rencontre

En partenariat avec : Sciences Po Lille

Les origines de la laïcité remontent aux guerres de Religion, où la puissance royale commence à s'émanciper de l'autorité de l'Église. L'Édit de Nantes impliquait qu'on pouvait être bon français sans être catholique. Louis XIV va tenter de refermer cette brèche avec la Révocation. Mais la monarchie absolue tire sa légitimité moins de ses fondements religieux que de sa rationalité administrative et de son pouvoir civilisateur. Avec la Révolution, la France cesse d'être un royaume catholique pour emprunter la voie qui mène à l'État laïque, dégagé de toute conception théologique. Le conflit entre France catholique et France républicaine se poursuivra au XIXe siècle, où la IIIe République s'engage dans une laïcité militante, avant d'aboutir à la loi de 1905. Il prendra d'autres formes pour s'épuiser en 1984 avec la tentative avortée d'intégrer l'école privée catholique dans l'enseignement public. Depuis les années 1960, l'évolution des mœurs érode progressivement le consensus moral qui unissait croyants et incroyants, pour déboucher sur les controverses autour du «mariage pour tous» et de la procréation médicalement assistée. À ces dissensions s'est ajouté un nouveau défi : l'expansion de l'islam pose à la laïcité des problèmes inédits et introduit au sein même de l'opinion laïque des divisions profondes.

    En présence de

    Philippe Raynaud

    philosophe, professeur en philosophie politique à l’Université Paris 2 Panthéon- Assas, à l’EHESS, au Centre Raymond Aron et à l’IEP Paris, vice-président du Conseil supérieur des programmes

    Bibliographie :

    Plus d'infos

    Modérateur :

    JB

    Jean-Baptiste Bertin

    professeur de philosophie au lycée de l'Europe de Dunkerque

    Plus d'infos